La consommation d’alcool, et plus largement celle de psychotropes ou de stupéfiants, peut avoir des conséquences parfois graves sur le comportement des salariés. Elle augmente considérablement le risque d’accident. Face à des situations complexes, entre difficultés personnelles ou professionnelles du salarié, l’employeur doit chercher le chemin d’une prévention efficace. Pour découvrir comment prévenir des effets de la consommation d’alcool par un salarié, découvrez notre article.

L’alcool un facteur d’aggravation des risques professionnels. 

Au-delà des risques sur la santé à long terme, la consommation d’alcool au travail peut représenter un danger et aggraver certains risques professionnels pour le salarié d’abord, mais aussi ses collègues et les autres personnes avec qui il peut être en relation. Il peut également faire porter des risques importants pour l’entreprise et ses dirigeants. 

Selon l’INRS1, le risque d’accident du travail grave est multiplié par 2 chez les hommes consommant au moins 4 verres d’alcool par jour et chez les femmes consommant au moins 2 verres par jour. La conduite d’un véhicule ou engin sous l’emprise de l’alcool multiplie par 18 le risque d’être responsable d’un accident routier mortel. 

Un collaborateur qui arrive au travail en ayant consommé une quantité significative d’alcool ne fait pas qu’augmenter le risque de mauvais geste et de blessure pour lui ou ses collègues, il fait aussi souvent preuve d’un comportement inadapté et d’une implication insuffisante. 

Il peut y avoir des répercussions importantes : accidents de travail et de trajet, fautes professionnelles, dégradation des relations professionnelles, retards répétés, dégradation de la qualité du travail et de la relation avec la clientèle, absentéisme, inaptitude au poste, perte d’emploi… 

Le rôle des managers et dirigeants pour prévenir les risques liés à la consommation d’alcool. 

Le chef d’entreprise, et avec lui les managers de l’entreprise, doivent détecter ces situations. Face à un salarié alcoolique, il ne faut pas hésiter à contacter le médecin du travail qui suit l’entreprise pour faciliter l’accompagnement et l’accès au soin pour le salarié en difficulté. 

En complément de l’accompagnement individuel, mener des actions de prévention des addictions peut être une solution pour limiter les risques et responsabiliser les salariés. Il est possible de relayer les messages de santé publique, d’informer des dangers liés à ces consommations, de faciliter la mise en place de mesures limitant ou interdisant l’alcool au sein de l’entreprise, par exemple dans les ports de départ ou les déjeuners entre collègues. Ces règles peuvent être rappelée dans le règlement intérieur de l’entreprise.  

Quelques précautions et conseils si vous organisez un évènement festif. 

Les règles applicables dans le cadre d’un événement alcoolisé en entreprise varient en fonction du lieu et du mode d’organisation. 

Dans les locaux de l’entreprise : Le vin, la bière, le cidre et le poiré sont les seules boissons autorisées par la loi. Cette tolérance peut être limitée ou encadrée par le règlement intérieur. En revanche toutes consommation de spiritueux (à partir de 15 % vol) est interdite. 

Pour les évènements organisés à l’extérieur de l’entreprise (bar, restaurant), le salarié reste subordonné à son employeur dans la mesure où il participe à un pot sur invitation de son employeur. Il en résulte que la responsabilité de l’employeur peut être engagé en cas d’accident. Il est ainsi recommandé de limiter l’accès aux boissons alcoolisées et, à l’idéal d’y appliquer les mêmes règles que dans les locaux de l’entreprise afin de prévenir des effets de la consommation d’alcool par un salarié. 

Un risque à suivre comme l’ensemble des risques professionnels.

Comme l’ensemble des risques, les risques liés à la consommation d’alcool ou de stupéfiant doivent être analysés dans chaque entreprise, être répertoriés dans son DUERP2 et le cas échéant faire l’objet d’action de prévention. 

Pour plus d’informations, vous pouvez vous rapprocher du centre de santé au travail dont vous dépendez ou encore nous contacter notamment pour en savoir plus sur le DUERP. Nous saurons vous guider et vous accompagner au plus proche de vos besoins. 

  1. INRS : Institut National de Recherche et de Sécurité  ↩︎
  2. DUERP : Document Unique d’Evaluation des Risques Professionnels  ↩︎